Être entraineur d'une équipe d'ados

Lorsque l’on devient entraineur d’une équipe d’adolescents, on se retrouve face à des athlètes en devenir. Passant par une étape très sensible de leur vie, leur façon d’agir est souvent à fleur de peau. De plus, en pleine recherche d’eux-mêmes et en évolution physique constante il est parfois difficile de les gérer.

  • Mettre en place un règlement simple

Ce n’est pas une légende, les adolescents ont besoin de structures pour évoluer comme il se doit. Cependant, beaucoup d’entre eux sortent à peine de l’enfance. Il faut donc leur proposer un cadre certes détendu mais il est aussi bon de leur mettre des limites claires dès le début de la saison. Les règles que vous imposerez dès le début devront être suivie par tous, y compris par vous-même. Elles doivent être simples à mettre en place et à comprendre. Surtout basées sur le respect de soi et des autres, elles sont là pour permettre de pratiquer le jeu dans la bonne humeur, de créer un esprit de groupe, et d’assurer à tous de se structurer dans le sport. On peut par exemple demander aux joueurs d’être à l’heure, de ne pas se moquer de ses coéquipiers, de ne pas chahuter durant l’entrainement ou encore de respecter le temps de parole de chacun.


  • La Patience est la mère des vertus

Quand vous ferez face à votre équipe d’adolescents, surtout au début, de nombreuses situations vous mèneront à devoir vous contrôler. De l’attitude des joueurs à celle des parents. La patience est probablement la première vertu qu’un entraineur surtout d’une équipe d’adolescents doit posséder.  Si vous vous emportez ou que vous criez, votre équipe fera de même. Surtout si votre équipe est composé de jeunes à la recherche d’eux-mêmes qui auront tendance à reproduire les attitudes de leurs ainés.  Attention, être patient ne signifie pas pour autant que vous devez vous laissez marcher sur les pieds, bien au contraire. Si un joueur vous répond ou par défi vous contredit, soyez ferme mais juste. De même si un groupe de joueurs s’excite, intervenez fermement mais sans hurler ni devenir blessant.


  • Prenez vote temps

En face de vous, vous avez des sportifs en devenir. Certains deviendront peut-être pro, d’autres changeront de voies et se mettront aux études et d’autres encore ne sont là que parce-que leurs parents les forcent à venir. Du coup, il est assez compliqué de réussir à unir tous ces jeunes au sein d’une même équipe. Ne soyez pas pressé, prenez votre temps pour créer votre équipe et faire en sorte que chacun d’entre eux trouve sa place. Ne tentez jamais de forcer les choses ou les ententes entre joueurs. Comme on le dit souvent : tout vient à point à qui sait attendre.


  • Choisir des objectifs simples

Autre fait avérer, les adolescents sont très sensibles à la réussite et à l’échec. En pleine construction de leur personnalité future, la moindre contrariété peut avoir un effet plus intense que l’on peut constater sur leur comportement. Donc en début de saison, évitez de placer la barre trop haute. Ne demandez pas d’entrée de jeux à votre équipe de gagner une compétition nationale alors que celle-ci vient tout juste de se créer. Pensez plutôt à mettre en avant la passion du jeu, l’amour du sport plutôt que la réussite lors d’une compétition. 


  • Et les parents dans tout ça

Ce sujet mériterait effectivement un article à part entière. Les relations entre entraineur et parents peuvent aller de « tout va super bien ! » à « Monsieur je vous bannie de ce stade ! » Certains sont très, voire trop détachés, d’autres trop impliqués et enfin d’autres sont toujours pressés. Nous partirons ici du principe que vous avez la chance d’avoir en face de vous des parents lambda. Pensez à toujours les informer des matchs et déplacements de l’équipe assez longtemps à l’avance pour qu’ils s’organisent mais pas trop tôt non plus puisqu’ils pourraient oublier. Imposez quelques règles aussi. Par exemple il est conseillé de ne pas laisser les parents assister aux entrainements…


Etre un entraineur au sein d’une équipe d’adolescents doit être pris sérieusement, car vous aidez à la construction de la génération future. Oui, votre engagement et votre dévotion seront importants. Mais surtout n’oubliez pas de transmettre votre passion du sport.

Retour
Autre contenu