Les nouveaux entraîneurs

Dans beaucoup de séries, de films ou de dessins animés, les entraîneurs d’équipes sportives sont représentés comme étant des personnes autoritaires proches des gradés de l’armée, toujours en train de crier. Dans la réalité, les choses sont particulièrement différentes. Surtout avec la nouvelle vague d’entraîneurs qui débarque.

Des époques différentes

Le sport a une place importante dans l’humanité depuis le tout début. Cependant, les évolutions sportives vont de paire avec l’évolution des apprentissages et de la société. En effet, on constate  une grande différence dans le sport selon les époques. Par exemple, en 1860 un match de football était clairement chaotique sans réelle stratégie ; il s’agissait de 20 joueurs courant après un ballon sans vraiment avoir de ligne directive. Aujourd’hui, un match de football est plus structuré avec des tactiques telles que le 4-4-2 ou encore le 3-5-2.

L’attitude des entraîneurs a donc connu le même type de changement. Dans les années 20 ou 30, ont croyait dur comme fer qu’être autoritaire était nécessaire pour se faire entendre d’une équipe, il fallait être ferme, crier si nécessaire et prendre des mesures drastiques. Depuis les années 90, on a pu constater qu’un bon coach se devait d’être au contraire plus posé, pédagogue et à l’écoute. Ce qui bien entendu était à l’opposé des croyances.


Des connaissances plus poussées

Ce changement significatif dans les pensées collectives a amené à une attente plus poussée des connaissances des entraîneurs. Certes, quoiqu’il arrive, un bon entraîneur est avant tout un athlète confirmé dans sa discipline. Il n’est pourtant pas obligatoire que celui-ci ait été un athlète professionnel, mais il est un sportif de haut niveau qui très souvent a plusieurs années de pratique derrière lui.

Il doit en plus aujourd’hui avoir des compétences d’enseignant. Peu importe le sport pratiqué, il est aujourd’hui plus qu’évident que si l’athlète comprend ce qu’il fait, ses performances seront bien meilleures. Les coachs ont donc dû s’adapter. Finis donc les entraînements sous forme de dictature et bonjour à la psychologie, l’échange et l’écoute.

D’ailleurs, le parcours pour devenir entraîneur est beaucoup plus poussé qu’il ne l’était il y a encore 30 ans. Les modules proposés durant les formations permettant de devenir entraîneur sont plus complets et axés autant sur le sport que sur le mental.


Des attentes plus ciblées

Dans la même veine, on a constaté que les liens qui unissent un sportif et un coach sont particuliers. Elle ne ressemble à rien d’autre. Il est donc naturel que le sportif soit une des attentes particulières en termes d’échanges individuels avec son coach. Certes, le coach doit penser à son équipe, mais il doit savoir en priorité s’adapter à chacun. Si certains ont besoins d’autorité, d’autres auront probablement besoin d’attention et d’autres encore de compréhension.

Les nouveaux entraîneurs doivent donc être capables de se montrer sous différentes facettes tout au long des entraînements. Raison pour laquelle ils doivent régulièrement se tenir informé des nouvelles méthodes pédagogiques et être instinctifs. Les coachs doivent aujourd’hui plus que jamais savoir écouter leurs athlètes et apprendre le dialogue propre à chacun afin de tirer le meilleur de chaque membre de leur équipe.


Les responsabilités d’un entraîneur

Un entraineur est beaucoup plus qu’une personne criant sur un banc de touche. Il est celui qui enseigne, qui choisit son équipe, qui structure l’équipe et les entraînements, il créé les tactiques et forme les joueurs mais il est aussi le soutien nécessaire au sportif, une personne qui très souvent sert d’exemple et qui sait se battre pour son équipe. Il doit donc être un leader, un confident et une personne ouverte et compréhensible. Les nouveaux entraîneurs sont des personnes qui ont certes une grande influence mais qui savent aussi remettre en question leurs actions et leur travail.

La profession a évolué de manière plus proche des athlètes. Les nouveaux entraîneurs savent être plus disponibles et être à l’écoute. On remarque d’ailleurs que tout au long de leur parcours, des formations continuent d’être proposées afin de parfaire leur formation.

 

Retour
Autre contenu