Entrainer une équipe Réserve, opter un management intelligent !

Souvent négligé ou pas assez reconnu, le coach, l’éducateur d’une équipe réserve est pourtant un profil à choisir avec précaution, les clubs doivent en prendre conscience dans la recherche du candidat idéal… que ce soit dans le monde pro ou amateur !

Déterminer un profil


- Capacité à travailler en équipe et s’intégrer au projet club

- Savoir prendre du recul sur le turn-over et adapter le temps de jeu selon la situation

- Grand sens de l’écoute et d’analyse

- Respect de la hiérarchie et de l’acceptation des décisions du manager

- Savoir transposer un projet de jeu à travers un groupe différent chaque week-end

- Capacité à mobiliser, fédérer et motiver un groupe

- Connaissance du football en tant que joueur (ex joueurs du club)

- Selon le niveau, une connaissance des principes d’entrainement, on s’attardera plutôt sur des principes d’animation pour des niveaux districts

 

La gestion de l’effectif


L’équipe réserve a souvent la particularité d’avoir un Turn-over important pour des raisons diverses : méformes, choix stratégiques ou tactiques, retours de blessures ou des jeunes qui progressent et attendent leur tour…

Comme nous confiait Pierre Aristouy (National 2, FC Nantes), il a dû composer avec 36 joueurs la saison dernière avec les résultats qu’on lui connait (champion de national 2).


Le poste a une dimension encore plus psychologique lorsqu’il faut tempérer l’impatience des jeunes au talent certain mais pas encore prêt à jouer un rôle sur des championnats aussi exigeants que la N2 ou la N3 où on retrouve bien souvent des joueurs aguerris.

Une des choses les plus difficiles, comme nous le confie Pierre, est de « guider cette transition entre la fin de la formation et la découverte du monde adulte ». On va retrouver des joueurs complexés et annihilés par l’enjeu, les joueurs trop faciles et qui en feront surement trop, ceux qui ont du mal à s’adapter physiquement sans forcément comprendre qu’ils vont devoir eux s’adapter rapidement car on reste dans un championnat compétitif… Le rôle de bienveillance mais aussi de conseil du coach prend tout ici son sens


Un autre exemple courant, comment motivé ces joueurs habitués aux joutes du monde pros lorsqu’ils doivent apporter une plus-value et l’exemple dans les catégories inférieures ? Certains facteurs comme la frustration, la démotivation, le manque de remise en question ou encore ce manque d’humilité lorsqu’on joue contre des joueurs amateurs font que le coach doit gérer son groupe avec une main de fer dans un gant de velours.

Bref autant d’exemples de son apport tout au long de la saison qui apportera les clés d’une saison réussie « Cohésion, résultat, projet de jeu, intégration des jeunes, aider les joueurs à se relancer… »


Le poste génère donc des vraies qualités humaines, une communication positive auprès d’un groupe avec des joueurs aux aspirations différentes. Du charisme, une aura, de la bienveillance et un grand sens du management, bref un job complexe !

 

Une influence dans le projet de jeu


La collaboration avec le staff de l’équipe première dont il est participe à faire perdurer le projet de jeu comme ces collègues à travers toutes les catégories inférieures. Sa capacité à s’adapter à chaque match avec un groupe différent fait qu’il occupe un rôle central entre l’équipe professionnelle et le centre de formation.

On peut également trouver des entraineurs-joueurs dans le monde amateurs qui vont permettre d’apporter une transition à travers les générations et une exigence a imposer aux plus jeunes.

 

La réelle difficulté du poste est de pouvoir trouver la bonne carburation entre performer avec autant de changements, autant d’incertitudes, devoir composer avec des joueurs de dernières minutes, et avec des profils divers.

 

Être un numéro 2 est réellement une vocation, certains sont des leaders naturellement et n’accepteront pas de ne pas être les décideurs. Voici la raison pour laquelle le processus de recrutement doit être d’abord orienter sur la psychologie du candidat avant de parler football. Que ce soit dans le monde pro ou amateur, la même psychologie s’appliquera aux prétendants en attendant un jour d’être numéro 1.

Retour
Autre contenu