Enfant et surentraînement : quand est-ce que trop, c’est trop ?

Les enfants commencent désormais à pratiquer le sport très jeunes, mais ils commencent aussi à s'entraîner plus intensément. Le désir de devenir plus habile et en meilleure forme est plus grand que jamais, tant de la part des enfants que de leurs parents, ce qui signifie que le surentraînement peut devenir un problème. L'équilibre entre les entraînements de football, l’école et les périodes de repos est souvent quelque chose que les entraîneurs (et les parents) oublient parfois, ce qui peut entraîner de nombreux problèmes physiques et mentaux.

Il est important que les entraîneurs et les parents reconnaissent quand le surentraînement est en train de devenir un problème chez l’enfant.


Voici les signaux d’alerte :

  • Diminution de la motivation
  • Fatigue
  • Manque de coopération avec les coéquipiers
  • Mauvaise exécution des exercices
  • Devient « auto-destructeur » lors des séances d'entraînement


Certains adultes ont tendance à pousser les enfants encore plus fort lorsque de tels signes commencent à apparaître, ce qui ne fera évidemment qu'aggraver la situation. Le surentraînement peut entraîner des problèmes plus graves liés aux blessures ou au stress mental. Le corps d’un enfant est en effet incapable de faire face aux exigences que lui impose une activité constante. « Il est essentiel d’adapter l’entraînement aux caractéristiques du jeune joueur afin de prévenir efficacement les risques. L’enfant n’a pas les mêmes caractéristiques physiologiques que l’adulte, sa récupération est beaucoup plus rapide, mais il ne peut pas faire d’efforts prolongés. » peut-on lire dans l'article de Pediatre Online.


Alors, à partir de quel moment est-ce « trop » ?


Il existe très peu d’informations sur ce sujet, la quantité d’entraînement pouvant varier d’un enfant à l’autre. Cependant, la plupart des entraîneurs devraient avoir une connaissance de base de la quantité d'exercice physique que les enfants devraient faire. Les scientifiques du sport suggèrent qu'aucun enfant ne devrait effectuer plus de 10 heures d'entraînement par semaine, mais cela varie entre les âges. « Certains parents, mal informés, veulent trop bien faire ou leurs motivations dépassent ce que l’enfant peut supporter sur le plan psychologique. Il est important de faire le bilan de toutes les activités sportives (y compris l’EPS), qui ne doivent pas excéder dix heures par semaine. » Peut-on lire encore sur Pediate Online.


Comment augmenter la charge d’entraînement en toute sécurité ?


Il ne fait aucun doute que vous aurez besoin d'augmenter la charge d'entraînement de l’enfant, mais il est important d'augmenter lentement la fréquence, la durée et l'intensité. L’une des méthodes les plus efficaces consiste à appliquer la « règle des 10% », qui indique approximativement les possibilités d’augmenter l’entraînement d’un enfant chaque semaine.

Cependant, il est important que ces augmentations se concentrent principalement sur la technique/ le développement, plutôt que sur les prouesses physiques, sans quoi cela augmentera le risque de blessures et de dommages à long terme chez l’enfant.

Retour
Autre contenu