Comment entraîner une sportive enceinte ?

Les sportives sont avant tout des femmes. De ce fait, il est totalement normal qu’elles envisagent de fonder une famille. Si pendant longtemps lors de leur grossesse elles étaient mises en touche, aujourd’hui suite à diverses études sur le sujet, on sait qu’il n’est pas nécessaire qu’elles abandonnent leur passion.

Une étude étonnante

Jusqu’ici, les conseils donnés aux femmes enceintes étaient assez vagues concernant le sport. Ils ne reposaient sur rien de scientifique. Or en 2016 est parue une étude réalisée en Suisse et publiée par le British Journal of Sports Medicine. Il est prouvé que le sport même à haut niveau est loin d’être un problème lors d’une grossesse. Il représente même de gros avantages pour la mère et pour le fœtus. En effet, les sportives qui ont continué leur entrainement durant leur grossesse ont des accouchements qui se passent particulièrement bien et évitent même certains désagréments de la grossesse comme le diabète, les douleurs péruviennes et certaines maladies pouvant toucher directement le futur bébé. De nombreux médecins préconisent donc de garder une activité en adéquation avec la grossesse. Cependant, certains sports qui impliquent des risques de chutes sont généralement contre indiqués, comme l’équitation par exemple.

Des entrainements personnalisés

D’après les différents médecins qui ont été interrogés sur le sujet, il semble que durant les trois premiers mois de grossesse il n’y ait aucune contre-indication pour suivre un entrainement normal. Il se peut même que les performances de l’athlète soient augmentées grâce aux pics d’œstrogène. Cependant, passé le premier trimestre, il est conseillé d’adapter son rythme et de ne pas aller au-delà de 70% de ses capacités. Bien entendu, l’athlète doit être suivie par une équipe médicale et doit clairement ne pas se surmener.

Lors des grossesses, il n’est pas rare que l’entrainement soit principalement présent pour que la sportive conserve son niveau et non pour qu’elle dépasse ses limites.


Elles l’ont fait

De nombreuses sportives de premier plan ont d’ailleurs refusé de s’arrêter durant leur grossesse comme par exemple : Nur Suryani Mohamed Taibi quiamarqué les jeux olympiques de 2012 en participant à l’épreuve de tir à la carabine enceinte de 8 mois, Alysia Montano a fait sensation lors du 800 m des championnats des États-Unis en 2014 en affichant un ventre bien rond, Sarah Brown a aussi fait parler d’elle pour avoir, enceinte, continué l’entrainement afin de se qualifier pour les JO du Rio. Cependant, si pour ces femmes continuer à s’entrainer alors qu’elles sont enceintes ne pose pas de problème, visiblement le public ne le voit pas d’un bon œil. Et effet, elles ont dû faire face à uncertain nombre de critiques assez virulentes. On pouvait lire d’ailleurs des commentaires sur leur irresponsabilité, leur égoïsme, etc.


Que doit faire l’entraineur pour aider

Lors de l’entrainement de sportives enceintes, leur entraîneur prend une place à part. Afin que tout se déroule le mieux possible, le coach se retrouve donc en contact avec les professionnels de la santé qui s’occupent de l’athlète. En effet, il est nécessaire qu’il sache jusqu’où la sportive peut aller, il doit donc non seulement se tenir informé sur l’état de santé de la sportive et du bébé mais aussi travailler avec la sage femme sur les exercices possibles et revoir ses entrainements. Il est aussi important qu’il soutienne mentalement la professionnelle du sport qui est en face de lui. Comme nous l’avons vu, de nombreuses critiques peuvent atteindre son moral, mais le changement hormonal qui s’opère peut aussi être un problème lors des exercices. Il doit aussi préparer la sportive à l’arrêt temporaire de son activité et il doit être présent à son retour toujours en contact avec les professionnels qui suivent l’athlète.


Le sport n’est pas un loisir

Concrètement, malgré les critiques, il faut bien comprendre que ces femmes tentent de continuer leur vocation, leur travail. Si un homme devient durant sa carrière père, il ne doit pas déserter son poste. Si une femme tombe enceinte et continue son entrainement avec l’accord de son médecin et de manière adaptée, pourquoi le devrait-elle ? Aujourd’hui, de plus en plus de sportives réussissent à gérer leur grossesse et leur entrainement. N’oublions pas qu’il faut une énorme force mentale pour devenir un sportif de haut niveau.


Bien entendu, après la naissance une nouvelle épreuve sur le plan de l’entraînement attend ces sportives mais généralement la transition se passe très bien et elles retrouvent leur niveau assez rapidement si bien entendu elles sont bien entourées.

 

Retour
Autre contenu