COMMENT DEVENIR EDUCATEUR FOOTBALL ?
UN PROJET AU DEPART SOUVENT ANARCHIQUE
Partie 1

L’idée de devenir éducateur de football est à première vue simple. Résultat souvent d’une passion et d’une véritable volonté d’aider son club, la personne pleine de bonne volonté va découvrir rapidement l'envers du décor et la difficulté de gérer ou animer un groupe.

Le profil du nouvel éducateur

 

Attiré par cette activité, nous retrouvons en pole position les joueurs du club ayant des profils très divers ; du joueur équipe première qui vient prendre une indemnité déguisée avec encadrement des petits, au jeune U17 qui s’intéresse et qui souhaite se former. On retrouve bien souvent également des futurs étudiants en STAPS.

En seconde position, nous retrouvons les parents qui malgré eux ont été emmenés dans l'aventure au départ faute d'éducateurs ; très souvent chez les équipes en dessous d'U9, pas forcément enclin au départ à aller vers cette voie mais qui vont trouver un plaisir à suivre leurs enfants et de s’associer à l'encadrement.

En dernière position, nous retrouvons les emplois aidés du type CUI/ CAE ou service civique ; en général, ce sont des jeunes majeurs qui ont un projet bien défini de formation, module, BMF...

L’emploi aidés est rémunéré pour une vingtaine d'heures par l'Etat et une partie par le club. Il peut aussi être joueur au club, un moyen de recruter pour les jeunes qui recherchent un emploi avant 25 ans !!! 

 

 

La motivation !!!

 

La première motivation d'un jeune éducateur est d'aider le club. Il n'est peu ou pas rémunérer.

Son envie d'apprendre et de transmettre au plus jeune est le fer de lance. Ce sont en général les jeunes fidélisés et qui s'apparentent fièrement aux couleurs du club.

Les parents, eux, n'ont qu'une motivation : le plaisir de leurs enfants et leur bien-être dans le club. A contrario les emplois aidés peuvent parfois être des mauvais élèves se satisfaisants de quelques centaines d'euros et des heures de présence... pour les éducateurs joueurs du club, on retrouve aussi ce manque de volonté à s'investir parfois.

 

Tous ces nouveaux coachs avaient sous-estimé qu'être éducateur est un investissement important, en termes de temps, d'organisation, et de gestion. On en voit à ce stade beaucoup qui stoppent car pas assez encadrés, pas d'outil à disposition pour faciliter leurs débuts…

 

Au-delà de tous ces aspects de la motivation, tous ces nouveaux éducateurs démarrent à l'école de foot et  il y a des qualités qui sont essentielles comme la patience, la pédagogie a adopté… et surtout mettre le ballon et le plaisir avant la compétition.

 

Les perspectives

 

Pour certains jeunes éducateurs, c’est une révélation ! Comment ne pas être fou de nos jeunes sur le carré vert !

La continuité logique est l'apprentissage et le passage des modules de formation via les districts ou les ligues.

Un encadrement par le responsable école de foot est nécessaire, et souvent c'est l'interlocuteur qui fait la différence, celui qui fédère et facilite la vie des équipes !

La possibilité de percevoir des indemnités pour compenser l'investissement aux entraînements et aux matchs, non négligeable !

Certains se projettent carrément sur des emplois au club ou dans des secteurs tels que l'animation au sein des mairies. Les associations sont un levier, parfois même vers les emplois en collectivités.

 

Pour avoir un futur dans ce domaine, il faut se structurer et s'organiser, avoir cette envie d'apprendre et bien évidemment du temps à consacrer. Malgré un lancement souvent anarchique au début de saison, on arrive à régler une multitude de problèmes et c'est aussi ce qui forge le jeune éducateur.

 

- S'investir – Apprendre – Transmettre – Évoluer -

 

 

Retour
Autre contenu