Comment concilier le Ramadan avec une activité sportive intense ?

Pour tout sportif, la période du jeûne est une période pas forcément simple à gérer selon l'époque de l’année. Cette période donne évidemment lieu à des adaptations en termes d'attente, de gestion des efforts et naturellement du temps de jeu.

1. La période d’entraînement

 

Alléger la charge de travail permet aux joueurs de pouvoir continuer à fournir des efforts toujours du même niveau mais moins longtemps. L'hiver, le Ramadan pose effectivement moins de problème vu que le soleil se couche bien plus tôt. Néanmoins l'été sous la chaleur, les organismes souffrent. Certains clubs, dus a un effectif à majorité musulmane, arrivent à reculer les horaires d’entraînement. Certains stoppent l’entraînement pendant un laps de temps pour qu'ils puissent casser le jeûne.

Les bonnes situations dépendent de votre contexte en club ; flexibilité des horaires, coachs conscients de la nécessité d'aménager... bref on doit placer l'humain au centre des attentions. C'est un facteur d'intégration dans une équipe lorsqu'on respecte les croyances des uns et des autres.

 

2. La compétition


Adapté le temps de jeu du joueur, surtout dans les périodes de fortes chaleurs, se rincer la bouche et se rafraîchir est essentiel. Le corps est en souffrance. Une bonne gestion peut donc permettre à votre joueur d'éviter de trop se gérer dans les efforts et de jouer les coups à fond. La rotation avec un remplaçant est sans aucun doute la meilleure solution. L'hiver et le froid sont des périodes plutôt gérables ; le joueur doit savoir écouter son corps et être honnête avec son coach.

On constate souvent une baisse de la performance pendant cette période.


3. L'alimentation, le sommeil et l'hydratation sont des facteurs déterminants

 

Penser donc à bien vous hydrater toute la nuit et prendre le temps de manger des féculents ; la prise énergétique doit être consistance sans être trop grasse non plus car vous êtes sportif avant tout.

L'estomac se rétrécit donc vous serez rapidement gavé. Manger le soir et à l'aube est impératif si vous devez avoir une activité.

On peut constater une perte de poids ou a contrario une prise de poids pendant cette période dû à l'alimentation et la dépense énergétique qu'on y associe. Cette période festive donne souvent lieu au début a des repas assez caloriques. La baisse de la dépense physique peut justement faire prendre du gras... A contrario, on peut constater une baisse de la masse musculaire ; le corps puise l'énergie dans le foie et dans les muscles.

Les périodes de repos ou de sommeil permettent au corps de consommer moins d'énergie et donc vous serez plus performant et concentrés lors de vos séances.

 

4. Le jeûne peut être un danger pour certains joueurs

Une attention particulière doit être faite sur les plus jeunes (15,16,17,18 ans). Certains ne connaissent pas leurs corps et n'ont pas appris à se gérer pendant la compétition. Dans certaines situations, il est préférable de pouvoir reporter le jeûne à une journée moins intense.

Comme évoqué lors du paragraphe précédent, le jeûne peut être un facteur augmentant le risque de blessure musculaire ; sans apport calorique la journée, les muscles sont en effet fragilisés.

 

« Une période a bien négocier pour une équipe, autant mentalement que physiquement, qu'on est 1 ou 10 joueurs. S’il sent qu'on respect son choix, ses croyances, il donnera encore plus pour le groupe. »

 

Cette période peut aussi être un moment où le joueur devient plus nerveux, plus réceptif aux critiques ou aux insultes. Ne pas négliger l’aspect psychologique du joueur ! Nous n'avons pas tous des joueurs calmes. Parfois c’est aussi un bon moyen pour l'adversaire de faire sortir les joueurs de leurs matchs. Ce n’est pas terrible mais cela arrive partout !!!

Retour
Autre contenu